Melonpan aux couleurs d’Okinawa

Recette, Voyage

melonpan_beni_imo

Je profite de ce billet pour partager avec vous quelques photos de mes vacances au Japon en 2015.

J’avais promis d’écrire une série d’articles consacrés à ce voyage, les photos prises sur place, les adresses pour faire du prop shopping … suite à plusieurs événements dans ma vie, ces articles n’ont jamais vraiment pu voir le jour. J’ai tellement traîné que j’ai eu le temps de fermer mon ancien blog et d’en créer un autre entre temps.

okinawa_blog4

2015 semble loin et pourtant les souvenirs restent encore très frais dans ma tête. C’était la deuxième fois que je visitais le Japon et je ne m’en lasse pas, j’y retournerai volontiers.

Avec mes amis, on essaie de faire un maximum de villes à chaque fois. C’est un peu frustrant car nous n’avons pas toujours le temps de bien profiter de l’endroit que nous visitons… résultat, nous voyageons à un rythme assez intense entre les changements d’hôtels (les valises à trimbaler) et le stress à chaque changement de train. C’est fatigant mais on repart toujours avec un maximum de bons souvenirs.

okinawa_blog5

Cette fois-ci, Okinawa faisait partie de notre périple. Et je vais vous dire que j’ai adoré Okinawa et plus précisément sa capitale, Naha. Le climat est beaucoup plus doux, les gens sont vraiment plus gentils et plus chaleureux. Ça nous a fait un repos de quelques jours pendant ce voyage. Ce n’est pas étonnant que ce soit là-bas que se trouvent les records de longévité…

okinawa_blog3

J’adore Naha aussi car c’est une grande ville avec toutes les infrastructures qu’on connaît du Japon mais avec une végétation différente. C’est vraiment la différence la plus notable à mes yeux, une facette que je ne connaissais pas de ce pays… ce côté tropical, doux et paisible.

okinawa_blog2

Lorsqu’on se balade en centre ville, il n’est pas rare d’apercevoir des boîtes de biscuits de couleur violet mis en vente dans des boutiques de souvenirs. Cette couleur « naturelle » provient en réalité de la patate douce violette « beni-imo », le produit local par excellence. Il est aussi décliné en crème glacée mais aussi en poudre !

Les biscuits, j’en ai achetés pas mal pour les offrir à mon retour en France mais je me suis surtout acheter un sachet de cette poudre de beni-imo pour mes tests culinaires personnels. J’entre donc dans le vif du sujet puisque ce billet est consacré au melonpan à la patate Beni-imo !

melonpan_beniimo

Le melonpan est l’une de mes brioches japonaises préférées. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, c’est une brioche moelleuse surmontée d’une couche de cookie quadrillé parfumé habituellement à la vanille. Durant mon voyage, j’en ai mangé pas mal en guise de petit déjeuner dans le train. A Paris, lorsque le Japon me manque trop, je me pointe chez AKI Boulanger (rue St-Anne) rien que pour croquer dans un melonpan et niveau parfum, il y a du choix, thé vert matcha, chocolat et même ichigo (fraise) !

Dans la recette que j’ai donc utilisé la poudre de patate douce dans la pâte à cookie mais vous pouvez aussi bien la parfumer autrement si vous le désirer. Je me suis juste contenté de réutiliser ma recette de base que j’ai par la suite trafiquée.

melonpan_beni_imo

** BENI-IMO MELONPAN (pour 10 brioches) **

** Pâte à brioche **

250 gr farine T45 – 50 gr sucre en poudre – 1/2 c. à c. sel – 10 gr poudre de lait demi écrémé – 6 gr de levure sèche – 2 c. à s. d’œuf battu – 150 mL eau tiède – 25 gr beurre mou

** Pâte à cookie **

50 gr beurre mou – 80 gr sucre – 50 gr œuf battu – 160 gr farine T55 – 1/2 c. à c. levure chimique – 2 c. à s. poudre de beni-imo – du sucre en poudre en supplément

** Réalisation **

Commencez par la pâte à brioche et placez dans un grand bol : farine, sucre, sel, lait en poudre et levure sèche. Mélangez bien.

Incorporez l’œuf battu dans l’eau tiède et versez ce mélange petit à petit dans le mélange sec. Mélangez le tout et sortez la pâte pour la pétrir sur un plan fariné. Pétrissez durant 10 minutes puis lorsque la pâte devient plus souple et moins collante, incorporez le beurre mou. Pétrissez 10 bonnes minutes encore.

Placez le pâton dans le grand bol, couvrez avec un torchon humide et laissez lever 60 – 90 minutes.

Pendant ce temps, préparez la pâte à cookie. Battez le beurre mou avec le sucre puis ajoutez l’œuf battu petit à petit. Tamisez farine, levure et poudre beni-imo et incorporez ce mélange en 2 fois dans le beurre battu. Formez un cylindre avec la pâte à cookie et enveloppez-le dans un film alimentaire et placez au frais pendant 60 minutes.

Chassez l’air de la pâte à brioche, pesez-la et divisez-la en 10 parts égales. Roulez chaque pâton en boule, couvrez de nouveau avec un film alimentaire et laissez lever 15 – 20 minutes.

Sortez la pâte à cookie et divisez-la aussi en 10 parts égales que vous roulez en boules. Placez chaque boule entre 2 films plastiques et aplatissez-la avec le bas d’un verre de façon à obtenir 10 disques de 8-9 cm de diamètre à la fin.

Placez les disques de pâte à cookie sur le dessus des pâtons. Collez bien au niveau des bords. Parsemez généreusement la couche de cookie de sucre et quadrillez-la en losanges à l’aide d’une lame de couteau (côté non tranchant).

Placez les 10 pâtons de melonpan sur une plaque allant au four et laissez lever 30-40 minutes.

Préchauffez le four à 180°C puis enfournez les brioches pendant 15 minutes.

Laissez les melonpans tiédir sur une grille et dégustez sans tarder !

Le souvenir des Nouilles instantanées…

Pensées, Recette, Salé

ramen_hongkong_style_blog1

Oulala ! Ça fait exactement 2 mois que je ne suis pas revenu sur le blog. Je ne vous cache pas que j’ai failli arrêter et fermer le blog. Une nuit de réflexion m’a été bénéfique et m’a évité de commettre cette erreur.

Il y a des moments comme ça où je n’ai plus foi en ce que je fais et je me dis juste « à quoi bon perdre son temps ? » … j’ai déjà fermé 3 blogs dans le passé sur un coup de tête et aussi parce que ces blogs n’étaient plus trop en phase avec ce que j’étais … grosse bêtise ! Aujourd’hui, je regrette énormément d’avoir fermé mon tout premier blog car il contenait beaucoup de bons souvenirs… mais bon, c’est trop tard, je ne peux plus revenir en arrière.

J’évite donc tout simplement de reproduire la même chose avec ce blog que j’aime beaucoup malgré les rares publications. Si vous êtes en train de lire ces quelques lignes, sachez que je vous remercie de me suivre encore. Je ne peux hélas pas me montrer tout le temps sous mes meilleurs jours… parfois, ça ne va pas du tout mais j’évite d’écrire des articles pour râler car cela ne m’aidera pas. Je me mets tout simplement en mode « pause » et je reprends quand j’en ai envie et surtout quand je retrouve la force pour le faire de façon authentique.

Bref, c’était les quelques lignes sur mon état d’âme mais vous vous doutez bien que ce n’était pas l’objet de cet article, n’est-ce pas ?

ramen_hongkong_style_blog2

Je vais vous parler des nouilles instantanées ! Je vais aussi vous raconter comment je les prépare. Non, je ne me moque pas de vous. Je connais pleins de gens qui font cuire leurs nouilles n’importe comment et c’est franchement dégueulasse ! C’est pourtant très simple de se faire un bon bol de nouilles garnies généreusement de choses qu’on aime.

Mais vous savez quoi ? Quoique je dise, mes nouilles instantanées ne seront jamais aussi bonnes que celles que ma grand-mère paternelle faisait. Elle m’a quitté il y a plus de 30 ans et beaucoup trop tôt… ma mère me dit encore beaucoup de biens à son sujet dont ses talents culinaires… j’aurais tellement aimé apprendre à cuisiner à ses côtés et qu’elle me refile ses petits secrets. Le seul souvenir culinaire/gustatif qu’elle m’a laissé c’est les nouilles instantanées. Elles ont un goût unique et irremplaçable. Je ne suis un mangeur raffiné au palais infaillible mais j’ai une excellente mémoire et pour moi, les goûts d’enfance existent réellement. Ce n’est pas simplement la nostalgie qui embellit mes souvenirs, ces goûts ont réellement existé puis disparu par la suite.

ramen_hongkong_style_blog3

Je me souviens que ma grand-mère nous emmenait à la plage, mes cousines et moi. Je devais avoir moins de 5 ans. On y allait tout le temps en fin d’après-midi lorsque le soleil ne tapait plus. On y restait jusqu’au coucher de soleil et sur le chemin du retour, je voyais les lumières de maisons s’allumer petit à petit, c’était presque l’heure du dîner. Une fois rentrés, on prenait une bonne douche pour se débarrasser du sable et une fois tous propres, on s’installait par terre dans le salon, autour de la table basse devant la télé. Mes cousines regardaient Starsky et Hutch et moi, je ne captais rien à tout ce qu’elles racontaient. Ma grand-mère sortait ensuite de la cuisine avec 3 petits bols de nouilles instantanées, c’était notre repas. Mon bol ne contenait pas de soupe, il y avait juste les nouilles… c’était peut-être volontaire de sa part de peur que je me brûle en mangeant. Les nouilles étaient donc presque sèches mais avaient une texture presque al dente, avec un goût unique que je n’arrive toujours pas à reproduire.

Aujourd’hui, une trentaine d’années plus tard, quand je me prépare des nouilles instantanées toutes simples, je jette le bouillon en fin de cuisson pour ne garder que les nouilles. Je repense à ma grand-mère à chaque fois que je fais ça… j’aime les manger comme ça mais ce n’est bien sûr pas la bonne façon ou du moins, la meilleure façon de les manger.

ramen_hongkong_style_blog4

Je vais donc vous raconter comment les préparer et les garnir façon Hong-Kong. C’est très bête mais peu de gens de mon entourage pensent à procéder de cette manière… les poils s’hérissent à chaque fois que je vois mon frère les préparer ! Résultat : des nouilles pâteuses et lourdes en bouche !

Tout d’abord, faites chauffer de l’eau dans une casserole (environ 0,5 L pour 2 paquets de nouilles).

Ajoutez les nouilles dans l’eau bouillante et laissez 15 secondes puis, à l’aide de baguettes ou d’une fourchette, remuez les nouilles afin de les séparer dans l’eau. 

Après 2 minutes, sortez les nouilles de l’eau et répartissez-les dans un grand bol. Gardez l’eau de cuisson dans la casserole.

Préparez les garnitures, un œuf au plat, de la ciboulette ciselée et de la viande en boîte (luncheon meat) poêlée. Vous pouvez aussi remplacer par des saucisses ou du jambon tout simplement. Disposez tout cela dans le bol, sur les nouilles. 

Ajoutez l’assaisonnement (vendu avec les nouilles) dans l’eau encore très chaude, mélangez et au moment de servir, versez le bouillon dans le bol de nouilles. 

C’est tout simple mais en procédant ainsi, vos nouilles auront une bien meilleure texture au moment de les manger. Et ça, ça change tout ! 

Shimeji Poivre et Sel

Défis culinaires, Recette, Salé

shimeji poivre et sel

Voici une autre recette que je partage avec vous à l’occasion de la 28ème Foodista Challenge « La ronde des poivres » organisée par Valérie du blog 123 Dégustez. Pour cette édition, Valérie nous propose de travailler le poivre, un thème qui m’a une fois de plus beaucoup inspiré.

foodistaok-28

Vous pouvez aussi retrouver la liste des anciennes Foodista Challenges ci-dessous initiées par Stéphanie du blog Cuisine moi un mouton :

On n’oublie pas non plus la liste des participants qui honorent cette rencontre :

1,2,3…Dégustez ! –  Pourquoi je grossisGourmand et BioJeune et affamée – Tout simplement fait maison  – Chachou à la crèmeJ’ai toujours aimé le jaune moutarde Mon Carnet CaféLa cuisine des trois soeursDes Recettes à Gogo – Keskonmangemaman Safrancannellela gourmandise de Violette lacuisinedeblanche – Mes inspirations culinaires Repaire des Ventres faims Chez Papa Rico Les recettes de MélanieCaprices en cuisine – Une maman puissance 4 –  Petite cuillère et charentaise 

champignon shimeji

Quant à moi, je vais soumettre une recette où c’est le poivre qui donne l’âme au plat salé proposé, des champignons Shimeji poivre et sel. J’ai utilisé du Shimeji car j’ai été immédiatement été séduit par son aspect mais je dois avouer que c’est uniquement avant cuisson. Après cuisson, c’est une autre histoire. J’admets que le résultat n’est pas aussi beau que bon… j’ai essayé de soigner le stylisme mais il y a bien des limites.

shimeji poivre et sel

 

Je vous conseille donc vivement d’utiliser des variétés de champignons qui tiennent mieux à la cuisson, le champignon de Paris aurait pu fonctionner à merveille mais bon, je voulais un peu plus d’originalité…

shimeji poivre et sel

Sinon la recette en elle-même est assez simple pour un résultat gustatif juste miam.

mélange de poivre

Pour la réaliser en répondant au thème, j’ai choisi un assortiment de poivre.

champignons shimeji

** Champignons Shimeji Poivre et Sel **

200-250gr de champignons Shimeji

3 c.à s. de farine 

1/2 c.à c. de sel

1 c.à s. de mélange de poivre

1 gousse d’ail

2 c. à s. d’échalote frite

quelques feuilles de coriandre

huile végétale pour friture et cuisson

champignons shimeji poivre et sel

Détachez les champignons, lavez-les et séchez-les.Mettez la farine dans un sac de congélation, ajoutez les champignons et secouez bien le sac pour que les champignons soient bien recouverts de farine.

Videz le contenu dans une passoire et éliminez l’excédent de farine.

Faites chauffer l’huile de friture et mettez-y les champignons. Laissez-les frire 1 minute et sortez-les pour les égoutter.

Écrasez légèrement les poivres dans un mortier.

Faites chauffer de l’huile dans une grande poêle, faites revenir les échalotes puis ajoutez l’ail émincé.

Salez et ajoutez les poivres. Ajoutez les champignons puis remuez vivement.

Servez dans un plat et saupoudrez de feuilles de coriandre pour parfumer.